mardi 27 août 2013

Les Disparus de Mapleton, Tom Perrota



Le 14 octobre fut le jour du Ravissement. Un grand nombre de personnes a disparu de la surface de la planète. Trois ans plus tard, les esprits sont divisés quant au sens à donner à cet événement surnaturel. Dieu a t'il rappelé à lui les hommes méritants? Le Ravissement est-il le signe que le Jugement Dernier approche? 
Pour les habitants de la petite ville américaine de Mapleton, comme pour le reste du monde, rien ne sera plus jamais comme avant. Personne n'a réagi de la même manière à la brusque intrusion du surnaturel dans la banalité du quotidien. Comment vivre encore alors que la fin du monde adviendra peut-être demain?
Dans ce roman, on suit le destin de plusieurs personnages dont les vies ont été bouleversées par le Ravissement. Les quatre membres de la famille Garvey ont tous réagi différemment. Kevin, le père, est devenu maire de Mapleton, et essaye de gérer à la fois les tensions dans la ville et la désagrégation de sa famille. Laurie, la mère, a fait le choix de rejoindre les Coupables Survivants, une secte dont les membres s'habillent de blanc, vivent en communauté, font vœu de silence et grillent cigarette sur cigarette en attendant la fin du monde. Jill, la fille, dont la meilleure amie a disparu sous ses yeux, fait sa crise d'adolescence. Tom, le fils, quant à lui, à décidé de laisser tomber l'université pour suivre un homme se prétendant guérisseur. A ce quatuor s'ajoute Nora Durst qui a perdu son mari et ses deux enfants dans la tragédie et cherche comment donner de nouveau un sens à sa vie. 
Le recours au fantastique est pour l'auteur un prétexte pour plonger les protagonistes dans une situation de crise. Le surnaturel reste hors du champ de l'action, mais il a eu pour effet de bouleverser radicalement la vie des personnages. Le Ravissement fait partie de ces événements qui empêchent tout retour à la normale. Ce pourrait être une métaphore pour le 11 septembre; ainsi on désigne aussi le jour du Ravissement par la date où celui-ci a eu lieu: "14 octobre". 
La qualité du texte, le sens de la construction et les formidables personnages qui peuplent ce roman en font un véritable bonheur de lecture. Tom Perrotta évite l'écueil du fantastique pour nous offrir une comédie de mœurs à l'américaine, dans ces banlieues pavillonnaires que les séries ont bien souvent explorées.

JEAN


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire