mardi 1 septembre 2015

Juste Avant l'Oubli; Alice Zeniter

Rentrée littéraire 2015
Qu'est ce qu'ont les personnages ces temps-ci avec leurs prénoms? Comme dans La Revanche de Kevin de Iegor Gran, où le héros porte le sien comme sa croix, le personnage principal du ci-roman ne supporte pas le sien. 
Franck, donc, doit à la fois supporter les préjugés associés à son prénom et le départ de la femme de sa vie pour Mirhalay, une minuscule île de l'archipel des Hébrides. Qu'allait-elle faire dans cette galère? Cette île est intimement liée à son plus fameux habitant: Galwin Donnell. Comme Marcel Proust et Illiers-Combray, James Joyce avec Dublin ou Newark pour Philip Roth, Mirhalay est devenu un lieu de pèlerinage pour les fanatiques de l'écrivain. Cette fascination est accentuée par la fin tragique et mystérieuse de celui-ci. Cet îlot battu par les vents est un véritable lieu de culte littéraire.
Franck voulait un enfant, et Émilie voulait quitter son poste au collège pour mener une thèse sur Donnell. Ce qu'elle fit. Trois mois plus tard, dans une tentative de reconquête désespérée, Franck se rend à Mirhalay où doivent se tenir les Journées d’étude internationales consacrées au génie disparu. Isolé au milieu des universitaires, comment va réagir notre héros? Parviendra t'il à reconquérir l'oublieuse Émilie?
Pour l'instant, ce roman est un de mes chouchous de cette rentrée littéraire, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit d'un livre extrêmement malin
Il existe des shampoings deux-en-un (il existe même des shampoings deux-en-un triple efficacité. Nous vivons une époque formidable!), et bien Alice Zeniter invente le roman deux-en-un! Rendez-vous compte: pour le prix somme toute modeste d'un livre (19€ TTC), vous êtes en fait l'heureux possesseur de deux livres également aimables!
Le premier relate l'histoire d'une tentative désespérée de recoller les morceaux d'un amour. Sans sombrer dans le mélo, l'auteur nous donne à voir toute l'impuissance de Franck, et le malheur qui l'accable.
Le second c'est l'entreprise de création d'un écrivain fictif *. Nous allons donc devenir nous-mêmes des spécialistes de Galwin Donnell (un personnage absent mais pourtant omniprésent). Sont intercalées dans les aventures de Franck et d’Émilie, des citations de Donnell, des interventions d'exégètes, même une simili page Wikipédia sur l'expression "porc-chien" (sic). On sent bien le plaisir qu'a pris l'auteur a créer de toute pièce un confrère. Se pose aussi la question de la postérité d'une œuvre littéraire. Que reste-t'il de Donnell alors que sa vie et son œuvre sont soigneusement disséquées? Alice Zeniter devient satiriste lorsqu'il décrit le petit monde universitaire, où tout le monde se tire plus ou moins dans les pattes, monde qu'elle semble bien connaître. 
Un savant mélange qui en fait une lecture délicieuse. Chapeau!

Jean.
 
*Oui, oui, comme dans le  Harry Quebert de Joël Dicker _qui sort un nouveau livre le 30 septembre, vous voilà prévenus_ mais de manière bien différente, pour ne pas dire plus subtile.

2 commentaires:

  1. Je suis ravie que vous ayez aimé ! Cette lecture fut une grande surprise et un régal parmi les titres de la rentrée pour moi aussi. Lu dans le cadre du prix des lecteurs... :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire Pauline. Ce fut une très belle découverte, parmi d'autres. On essaye encore de faire le tri dans le flot des parutions de la rentrée littéraire. ^^

      Supprimer