vendredi 6 novembre 2015

Ah! Ca Ira...; Denis Lachaud

En 2016, Antoine, sous le pseudonyme de Saint-Just, a participé au commando qui a enlevé et exécuté le Président de la République. Vingt-et-un ans plus tard, il sort de prison et découvre que rien n'a vraiment changé. 
La politique-fiction a le vent en poupe. On se rappelle le ramdam occasionné par le dernier Houellebecq qui imaginait une France islamisée en 2022. La science-fiction a ce pouvoir de décrire un monde qui nous est autant proche qu'étranger, un futur possible, où les problèmes d'aujourd'hui sont les réalités de demain. Si, selon la définition de Stendhal, "le roman est un miroir qui se promène sur une grande route", alors la science-fiction est un miroir déformant. 
Jugez plutôt:
Dans la France de 2037, les migrants sont parqués à l'intérieur des villes dans des Zones de Séjour Temporaire (ZeST), l'explosion de la centrale nucléaire de Pierrelatte a fait de la Drôme un no man's land, la Grèce, exclue de l'Union Européenne, connait une nouvelle dictature militaire, les loyers parisiens sont de plus en plus chers, les cités de plus en plus isolées. Plus encore qu'en 2022, la révolte gronde. 
Le roman nous invite à suivre plusieurs personnages. Antoine, qui a bien du mal à se réhabituer à la liberté, sa fille Rosa, et son ex-femme Chloé, bénévole dans une ONG qui s'occupe des migrants. Ahmed, marchand de primeurs, qui, enfant, a quitté le Maroc. Ekaterini, qui a fui la Grèce en guerre dans l'espoir d'une vie meilleure. Enfin, il y a un mystérieux groupe terroriste qui fait depuis vingt ans régner la terreur chez les hommes d'affaires et les politiques corrompus. 
Les causes de l'insurrection à venir sont connues. Reste les moyens. Et là, le roman qui était déjà passionnant devient haletant. Comment en effet changer un système où tout semble verrouillé? En piochant dans les moyens d'action déjà utilisés de nos jours, Denis Lachaud arrive à rendre le scénario crédible.
Si beaucoup de romans pèchent par nombrilisme ou manque d'ambition, ce n'est pas le cas de celui-ci. Cette relecture de la Révolution Française nous montre que rien n'a vraiment changé depuis 1789, et que les lanternes pourraient bien se rallumer. 

Jean.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire